Et de quatre ! C'est la quatrième fois que l'Angleterre et la Nouvelle-Zélande – les deux équipes qui ont remporté le plus de victoires dans l'histoire de la Coupe du Monde de Rugby féminin – s'affrontent à nouveau en finale de l'édition irlandaise au Kingspan Stadium de Belfast.

L'Angleterre défend son titre, mais n'a jamais encore réussi à battre la Nouvelle-Zélande en Coupe du Monde, s'inclinant une fois en demi-finale, puis lors de trois finales entre 1998 et 2010.

En revanche, les Red Roses ont remporté le dernier duel entre les deux équipes, inscrivant cinq essais pour un 29-21 en Nouvelle-Zélande lors de International Women's Rugby Series au mois de juin 2017.

Les Black Ferns n'ont jamais perdu en finale de la Coupe du Monde et auront à cœur de continuer à défendre cette statistique.

VOIR LE PROGRAMME DES RENCONTRES

L'autre match important de la journée est la rencontre entre l'Irlande et le Pays de Galles, nations malheureuses jusqu'à présent et qui jouent cette fois leur qualification directe pour la prochaine édition de la Coupe du Monde en 2021. Le perdant devra en passer par les matches de barrage.

La dernière journée débutera à 12h, heure de Belfast (13h, heure de Paris) par le match pour la 11e place entre le Japon et Hong Kong à Queen's University. Puis viendra le match pour la 9e place entre l'Espagne et l'Italie et enfin pour la 5e place entre l'Australie et le Canada.

Sur le deuxième terrain, au Kingspan Stadium, la bataille s'engagera à 14h (15h, heure de Paris) entre l'Irlande et le Pays de Galles, puis viendra France v USA et enfin la finale Angleterre v Nouvelle-Zélande.

  • Finale : Angleterre v Nouvelle-Zélande

0:00
/
0:00

C'est la 5e fois que l'Angleterre disputera une finale de Coupe du Monde. La Nouvelle-Zélande, elle, en a déjà remporté quatre. Il y a trois ans, elle a manqué la marche des demi-finales en France ; son pire record.

Remporter une cinquième coupe ici, en Irlande, serait, pour la capitaine Fiao'o Faamausili – qui a déjà remporté trois Coupes du Monde ! - une belle opportunité avant de mettre fin à sa carrière internationale. Mais la talonneur ne se focalise pas sur son objectif perso, préférant donner à la jeune génération le goût de la victoire.

La Nouvelle-Zélande est l'équipe en forme du moment avec les 13 essais de sa vedette Portia Woodman (dont quatre en demi-finale contre les USA), ses 42 essais au total en quatre matches et ses 258 points au compteur ! N'en jetez plus !

L'Angleterre débutera la rencontre avec un handicap de taille : l'absence de l'arrière Danielle Waterman, forfait pour ce qui aurait du être sa quatrième finale. Mais une commotion subie lors du match contre la France aura eu raison de sa résistance. Emily Scarratt prend sa place et Megan Jones arrive au centre.

A l'inverse, la Nouvelle-Zélande n'a rien changé à son XV de départ... depuis trois rencontres de suite !

  • 3e place : France v USA

Ce n'est pas le match dont la France et les USA rêvaient en ce dernier jour, mais leur rêve a pris fin respectivement face à l'Angleterre et à la Nouvelle-Zélande en demi-finale de la Coupe du Monde de Rugby Féminin.

Avant ce match, la France s'est déjà retrouvée à six reprises dans cette situation pour la troisième place alors que les USA ont déjà goûté au statut de Champions du monde (1991), ainsi qu'à trois demi-finales (entre 1991 et 1998).

Les deux entraîneurs ont eu l'opportunité de procéder à pas mal de changements dans leur XV de départ. Samuel Cherouk se réjouit du retour de la puissante flanker Romane Ménager qui avait manqué les demi-finales pour commotion. Elle débutera face aux Aigles en tant que numéro 8, renvoyant Safi N'Diaye sur le banc. En première ligne, c'est le retour de Lise Arricastre en pilier gauche. Jade Le Pesq remplace Caroline Ladagnous à l'arrière, Carla Neisen jouera au centre avec Elodie Poublan et Camille Grassineau et Caroline Boujard se partageront les ailes. Gaëlle Mignot reste capitaine.

Kayla Canett débutera pour la toute première fois depuis le début de ce tournoi à l'ouverture en remplacement de l'expérimentée Kimber Rozier, indisponible pour ce dernier match. Les deux autres changements effectués par l'entraîneur Pete Steinberg depuis leur première demi-finale depuis 1998 se trouvent avec la pilier Hope Rodgers et Abby Gustaitis chez les arrières.

  • 5e place : Australie v Canada

Les joueuses du Canada et de l'Australie joueront sans pression aucune étant donné que leur participation à la Coupe du Monde de Rugby Féminin en 2021 est déjà actée. Pour autant, les deux équipes vont tenter de décrocher la 5e place de la compétition.

Le Canada a eu beau déjà battre l'Australie 45-5 lors de leur dernière rencontre de l'International Women's Rugby Series en Nouvelle-Zélande au mois de juin 2017, ce match devrait être totalement différent. Car depuis, l'Australie a en effet rayé de la carte l'Irlande 36-24 pour confirmer sa place dans le Top 6 mondial.

L'entraîneur du Canada, François Ratier, compte sur les retours de la pilier Daleaka Menin, de l'ailier Magali Harvey et d'Alex Tessier à l'ouverture. Emily Belchos formera une nouvelle paire de centres avec Amanda Thornborough. Les autres changements de position voient Elissa Alarie, qui a inscrit deux essais lors de la victoire sur le Pays de Galles 52-0, passer sur l'aile gauche pour laisser la place à Magali Harvey.

L'entraîneur de l'Australie, Paul Verrell, a sans surprise laissé inchangé son XV qui était venu à bout de l'Irlande. Le retour de l'expérimentée Ashleigh Hewson à l'ouverture après sa blessure contre l'Irlande est un point important. Elle travaillera en tandem avec la capitaine Sharni Williams. L'Australie compte aussi sur ses puissants piliers – Liz Patu et Hilisha Samoa, qui a inscrit un essai et a été élue Joueuse du Match – qui, à elles deux, ont porté plus du quart des ballons lors de la victoire en demi-finale pour la 7e place.

  • 7e place : Irlande v Pays de Galles

Ce n'est qu'au terme de ce match très attendu que l'on saura quelle sera la 7e équipe à se qualifier directement pour la Coupe du Monde de Rugby Féminin 2021. Et ça se jouera entre le pays hôte, l'Irlande, et le Pays de Galles.

L'Irlande a gagné son dernier duel 12-7 lors du Tournoi des 6 Nations au mois de mars 2017 et les deux équipes vont avoir envie de terminer cette Coupe du Monde sur une bonne note, notamment pour éviter d'en passer par des barrages pour tenter de se qualifier pour la prochaine édition en 2021.

« Ce n'est pas un secret que nous ne voulions pas en arriver là, mais maintenant on y est », a confié l'entraîneur Tom Tierney. « Nous sommes déçus de ne pas pouvoir nous battre pour la première place, mais nous souhaitons quand même finir par une victoire. Ce sera quand même une victoire avec cette qualification pour 2021 en ligne de mire. Ces dernières semaines ont été difficiles, mais je sais que les joueuses veulent vraiment performer. »

Plusieurs changements se sont imposés à l'équipe d'Irlande. La capitaine Claire Molloy et la centre Jenny Murphy ont été forcées à arrêter suite à une commotion. Paula Fitzpatrick reprend du coup le brassard de capitaine et passe de numéro 8 à troisième-ligne côté fermé. Heather O'Brien jouera son deuxième match du tournoi depuis le match d'ouverture. La majorité des changements sont à noter à l'arrière. Jeamie Deacon et Katie Fitzhenry forment une nouvelle paire de centres, Eimear Considine revient à l'aile et Nora Stapleton reste à l'ouverture pour son 50e test.

Côté gallois, l'entraîneur Rowland Phillips a procédé à six changements par rapport à l'équipe qui s'est pris 52-0 par le Canada quatre jours avant. Elinor Snowsill passe de l'ouverture à l'arrière pour permettre à Robyn Wilkins de débuter son premier tournoi à 10. A l'aile, Elen Evans change de côté avec Jasmine Joyce.

Keira Bevan commencera demi de mêlée. Avec un œil sur l'avenir, Rowland Phillips a décidé de faire appel à trois jeunes sur le banc, dont la centre India Berbillion qui devrait vivre sa toute première sélection internationale. Elle remplace Rebecca De Filippo.

  • 9e place : Italie v Espagne

Deuxième match 100% européen de cette dernière journée. C'est la deuxième fois que les deux équipes se font face en Irlande durant cette Coupe du Monde. Las Leonas avaient remporté la victoire 22-8 la première fois en match de poule le 17 août.

Mieux placée au classement mondial, l'Espagne (8e) aura à cœur de renouveler sa performance de la semaine précédente contre l'équipe qui a pris sa place dans les 6 Nations en 2007. Le XV de départ sera sensiblement le même que le 17 août. Marina Bravo glisse à l'ouverture, Maria Ahis débute en 12 et Amaia Erbina glisse sur l'aile droite. La capitaine Aroa Gonzalez revient dans l'équipe.

L'entraîneur de l'équipe d'Italie Andrea Di Giandomenico a procédé à six changements, dont trois uniquement en changeant de poste. Flavia Severin est accompagnée de Valeria Fedrighi en deuxième-ligne suite à la mise à l'écart d'Alice Trevison pour commotion. Elisa Giordano débute troisième-ligne côté ouvert pour arranger le retour de la vétéran Silvia Gaudino en numéro 8. A l'arrière, Beatrice Rigoni passe de trois-quart centre à l'ouverture, poste qu'elle occupait lors de la défaite face à l'Espagne. Paola Zangirolami jouera pour la dernière fois avec le maillot des Azzurre.

  • 11e place : Japon v Hong Kong

Ces deux nations se connaissent (presque) sur le bout des doigts. On se souvient que le Japon a (très) largement battu Hong Kong par deux fois lors de l'Asia Rugby Women's Championship en juillet 2017.

Le Japon va pouvoir mettre fin à quinze années d'attente pour sa deuxième victoire en Coupe du Monde s'il remporte une troisième victoire de suite contre l'équipe qu'elle avait déjà battu 20-8 lors du tournoi de qualification Asie/Océanie en décembre 2016.

Pour Hong Kong, la carotte est encore pus importante avec une toute première victoire attendue en Coupe du Monde de Rugby Féminin. L'entraîneur Jo Hull serait tellement fière de montrer combien son équipe a progressé au fil des mois et des semaines au contact des meilleures nations au monde. « Pour nous, ce sera comme notre finale de Coupe du Monde », dit-elle. « Nous avons fait une contre-performance la dernière fois contre le Japon et les jouer aujourd'hui va nous donner une vraie chance de voir combien notre jeu s'est amélioré. Le Japon ne va pas nous sous-estimer. »

La pilier Lau Nga Wun, la talonneur Royce Chan et la numéro 8 Christine Gordon arrive dans le pack d'avants, la toute jeune Kelsie Bouttle rejoint Natasha Olson-Thorne au centre, Adrienne Garvey – la première joueuse de Hong Kong qui a marqué des points en Coupe du Monde - glisse à l'arrière et Kwong Sau Yan prend place sur l'aile.

Pour le Japon, la capitaine Seina Saito passe de talonneur à pilier gauche. C'est l'un des quatre changements chez les Sakuras XV qui ont joué chaque minute de cette campagne 2017. Les autres concernent la deuxième-ligne Ayano Sakurai, la flanker Sayaka Suzuki et la centre Iroha Nagata. Trois autres changements sont à noter : Misaki Suzuki débute talonneur, Aoi Mimura deuxième-ligne et Makiko Tomita revient dans le groupe après sa suspension de trois matches suite à un carton reçu lors du match contre la France.